top of page
  • Moshe Shanon

Freemasonry in the Holy Land: A Surprisingly Rich Tapestry

Dernière mise à jour : 8 mai



The following article is based on several lectures I have given online about freemasonry in the Holy Land. This journey into Freemasonry in the Holy Land focuses on speculative masonry, as we know Freemasonry to be practiced today, rather than the stonemasons of the temple in Jerusalem, though their history in the Holyland is intriguing as well. 


While my initial plan was to limit the timeframe to the Ottoman and British Mandate periods (roughly 19th to mid-20th century), the research unraveled a captivating tapestry far exceeding expectations.  This article serves as a mere glimpse into the fascinating stories I unearthed, the tip of the iceberg.


Before diving in, it's important to acknowledge the work of Past Grand Commander Ilisatrius Brother Leon Zeldis (1930-2021).  His out-of-print book, "The Sons of Light in the Holy Land" (בני אור בארץ הקודש, 2009), is considered a hidden gem on the subject and deserves wider recognition, perhaps even an English translation.



Unveiling Masonic Secrets in the Holy Land: The Curious Case of Rob Morris


Our exploration of Freemasonry in the Holy Land takes a fascinating turn with Rob Morris, a flamboyant 19th-century figure.  Morris, a preacher, traveling salesman, and prolific writer was also a prominent Freemason with a taste for adventure.  His 1879 book, "Freemasonry in the Holy Land," chronicles his exploration aimed at uncovering the origins of Freemasonry and its connection to King Solomon's Temple.


Morris, a controversial figure within Freemasonry, financed his trip by pre-selling copies of his book and even souvenirs like "Holy Land flora and stones."  While his findings, often based on earlier explorers' accounts, are questionable at best, his journey sparked Masonic activity in the Holy Land.

The centerpiece of this story is a rather unique meeting Morris held in 1886.  The location?  Zedekiah's Cave, a Jerusalem landmark believed to be the source of stones for the Second Temple.  Here, with a motley crew of participants including British sailors and dignitaries, Morris conducted a "Moot lodge," an informal gathering of a Masonic lodge.  This event, often referred to as the "first lodge" in the Holy Land, raises several intriguing questions.


Did other, undocumented gatherings predate this one? We will never know.  Morris eventually secured a warrant for a formal lodge, the "Royal Solomon Mother Lodge," established under the Canadian Grand Lodge.  The reasons behind this choice and the lodge's ultimate ill fate merit another long article full of interesting stories. 


The story doesn't end there.  Zedekiah's Cave, with its historical significance and cool atmosphere, continues to be a popular venue.  Public concerts are held there, and occasionally, Masonic lodges even rent the space for meetings.

 

Morris's legacy in the Holy Land is a curious mix of historical fact and Masonic lore.  His quest, while not entirely successful in its aims, undeniably ignited a Masonic spark in the region, leaving a trail of unanswered questions and captivating stories waiting to be unraveled.




From Freemasonry to Jack the Ripper: The Remarkable Life of Charles Warren


Our exploration of Freemasonry in the Holy Land takes a fascinating turn with Charles Warren.  This multifaceted individual wasn't just a fellow Freemason of Rob Morris, but a man who left his mark on history in a multitude of ways.


Many may not be familiar with the sheer range of Warren's accomplishments.  His fingerprints are on everything from the fortifications of Gibraltar (where he was initiated into Freemasonry) to the development of modern archaeological methods during his excavations for the Palestine Exploration Fund.  He even played a role in hunting down the infamous Bedouin gang responsible for the murder of fellow Freemason, Professor Edward Henry Palmer.


But wait, there's more!  Warren's resume includes a stint as the Scotland Yard Commissioner during Jack the Ripper's reign of terror and the prestigious position of first Worshipful Master of the Quatuor Coronati Lodge, a premier center for Masonic research in London.  His global influence extended to his time as District Grand Master of the Eastern Archipelago in Singapore.


Warren's story is a captivating blend of Freemasonry, archaeology, military service, and even a touch of Victorian mystery.  His dedication to his craft is evident in his groundbreaking archaeological work at the Temple Mount, where he meticulously documented masons' marks previously unseen and potentially lost to time.  His other discoveries revolutionized the understanding of Jerusalem's ancient past. This Freemason's story is a testament to the vast and unexpected intersections between fraternal organizations, historical exploration, and the wider world. 




Freemasonry Beyond Borders: A Masonic Mystery from Cairo


Our journey through the unexpected corners of Freemasonry in the Holy Land takes another surprising turn.  This time, the trail begins with a seemingly ordinary listing in the National Library of Israel – minutes from a lodge supposedly located in Cairo, Egypt.


The intrigue deepens with the document's ambiguity.  Dated sometime between the 19th and 20th centuries, access is restricted, leaving us with only a scanned copy for investigation.  The first glance reveals a peculiarity – Hebrew script for a document supposedly originating in Cairo, where Arabic script would be expected.


But the surprise doesn't end there.  The Hebrew script is not standard, but rather Arabic words phonetically rendered in Hebrew characters, a practice used today to introduce Arabic to young Hebrew speakers’ learners.  For those familiar with both Hebrew and Arabic, the document translates roughly to "The Ceremony of The First Symbolic Degree of the Grand Orient of Egypt - Cairo."  The scanned copy contains a handwritten first-degree ceremony, with snippets like "Brother Junior Warden, your place in the Lodge?" and "In the South Worshipful Master" offering a glimpse into the ritual itself.

 

This discovery sparks a multitude of questions.  The language used, Judeo-Arabic, points towards a vibrant Jewish community in Cairo with its Masonic lodge, a community whose history deserves further exploration. 


Furthermore, the document hints at a connection between the Grand Lodge of Palestine and the Grand Lodge of Egypt (or possibly two of them at the time).  The role of Jewish Freemasons in this connection becomes another intriguing thread to unravel. This discovery, however, serves as a powerful reminder of the global reach of Freemasonry and the unexpected ways in which its practices have transcended geographical and cultural boundaries.




Unveiling a Treasure Trove: The Buxbaum Papers and the Story of German Freemasonry in Exile


Our exploration of Freemasonry in the Holy Land takes a fascinating turn, delving into the world of refugee lodges and the fight for survival under Nazi oppression.  This chapter hinges on a remarkable discovery – a treasure trove of documents belonging to Mordechai Albert Buxbaum, a prominent Jewish lawyer and Freemason in Jerusalem during the British Mandate period.


The story begins with an online auction.  A chance encounter of mine with a collection of papers, some suspected to be Masonic in nature, led me a fellow Freemason to a treasure chest of history.

A brief historical interlude sets the stage.  As Nazi Germany rose to power, most German Grand Lodges either aligned with the regime or were forced to close.  The Symbolic Grand Lodge of Germany (SGLG) under Grand Master Leo Müffelmann stood firm, refusing to compromise.

Intriguingly, the documents reveal a fascinating chapter in Freemasonry – the SGLG's relocation to Jerusalem.  In 1931, a German-speaking lodge, "Zur Quelle Siloah" ("The Shiloh Spring"), was established at the request of prominent Jewish Masons.  Soon after, 1933 saw the consecration of a Hebrew lodge, "Ari," followed by the SGLG's official exile to Jerusalem that same year.  The story of Grand Master Müffelmann is particularly poignant.  His commitment to Freemasonry landed him in a concentration camp for three months.  He even attended the consecration of a Hungarian-speaking lodge, "Lebanon," in Jerusalem in 1934, incognito for fear of retaliation.


The documents themselves are a goldmine of information.  An original envelope addressed to Buxbaum from Müffelmann hints at their correspondence.  A congratulatory letter from Müffelmann to Buxbaum celebrates the creation of the Hebrew-speaking lodge "Ari."  An invitation to the "Lebanon" lodge's opening unveils a hidden Hungarian connection, with poems by the Hungarian Freemason Endre Ady scrawled on the back. 


Beyond their historical significance, the documents offer a glimpse into daily lodge activities.  A message from "Zur Quelle Siloah" informs members of changes to a meeting plan, while a document used for recording attendance reveals a potential list of brethren.  These seemingly mundane details become vital pieces of the puzzle in reconstructing the lost history of these lodges.


The Buxbaum papers serve as a powerful reminder of the resilience of Freemasonry and the lengths to which its members have gone to preserve their ideals in the face of oppression.  The stories waiting to be unearthed from these documents promise to further enrich our understanding of this complex and fascinating organization.



 

Freemasonry in the Cradle of Democracy:  A Glimpse into Greek Lodges During WWII


Our exploration of Freemasonry in the Holy Land takes an unexpected detour, venturing into the complex history of Greece during World War II.  This chapter highlights the tenacity of Freemasonry and its potential role in documenting historical events.


The journey begins with a curious listing on the website of the Central Archives for the History of the Jewish People.  An obscure document labeled "Freemasons, collection of Jewish communities Greece" piqued my interest.  Despite the archivists' limited knowledge about this "maze of Masonic documents," I decided to delve deeper.


The documents I found were a set of back carbon copies of German-typed reports originally penned in Greek.  These transcripts from the Grand Orient of Athens archives contain reports and correspondence from Greek lodges around 1934.


The historical context adds another layer of intrigue.  The documents were likely compiled by occupying German or Italian forces in Athens during 1941.  Their ultimate fate remains uncertain, but they offer a potential window into the state of Greek Freemasonry at a critical juncture in history. While the fate of the original Greek documents is unknown, the copies offer a potential way to "complete the story" of Greek lodges during that period.




Freemasonry in the Holy Land: Bridging Cultures and Unveiling History


Freemasonry, a fraternal organization with a rich history, has played a surprisingly significant role in the Holy Land.  My explorations of Masonic practices in the region shed light on its unifying power and unveiled lesser-known stories from the past.


One discovery is a 1933 document – a consecration invitation for the "National Grand Lodge of Ancient, Free and Accepted Masons of Palestine and its Dependencies, Jerusalem."  This early organization eventually evolved into the Grand Lodge of the State of Israel in 1953, showcasing the evolution of Freemasonry in the region.


A closer look at the language used by Hebrew-speaking lodges affiliated with the National Grand Lodge reveals a fascinating detail.  Invitations from these lodges employed different terms – some used "Eretz Israel" (Land of Israel), while others opted for "Palestine."  This seemingly minor variation reflects the changing political landscape mirrored in the everyday language of the Masonic community.


The diversity of the Grand Lodge's founding members adds another layer of intrigue.  An analysis of the installed officers' names reveals a mix of Jewish and Arab surnames, highlighting the multicultural fabric of the organization.  This commitment to inclusion is further evidenced by the original appointment of Shukri Huri, an Arab Mason, as the first Grand Master.  Although he sadly passed away before the ceremony, his selection and the subsequent leadership of Marc Gorodinsski, a Jewish Mason, speak volumes about Freemasonry's ability to bridge cultural divides.


As you can see a short visit to the library, lodge archives, or occasion shop may lead to important discoveries unearthing and sharing the Masonic stories of local communities.  I encourage you to research your local Freemasonry's history, both its social and philosophical dimensions.  Help freemasonry by promoting education and open exploration of its past, so it can be better understood.  This exploration of Freemasonry in the Holy Land serves as a reminder of the organization's potential to bridge cultures and unveil hidden histories.











Moshe Shanon

Location : Israel (near Tel Aviv)

Training Developer (Media Company)

Masonic Journey

*Initiation:** 1995 (Alumim Lodge No. 58, Grand Lodge of the State of Israel)

*Worshipful Master:**

    * Alumim Lodge No. 58 (2003)

    * Shorashim Lodge No. 2022 (2023, Le Droit Humain)

*Founding Member:** Gvil Lodge (the Rough Ashlar) of Research No. 82 (Grand Lodge of Israel)

*Scottish Rite:** 18th degree (currently member of “Tree of Knowledge” Lodge of Perfection No. 244)

*Royal Arch:** All degrees (with some additional Side Degrees)

*Current Membership:** Le Droit Humain (Israeli Pioneer Federation) - Mixed Freemasonry Order

Masonic Contributions

* Author: Hebrew translation and commentary of Gotthold Ephraim Lessing's "Ernest and Falk: Conversations for Freemasons"

* Researcher: Masonic history in Israel (pre-Grand Lodge) with published papers and online lectures

* Advocate: Freemasonry in Israel - maintains website & Facebook groups

Personal Interests

* Masonic research and reading



La franc-maçonnerie en Terre Sainte


L’article suivant est basé sur plusieurs conférences que j’ai données en ligne sur la franc-maçonnerie en Terre Sainte.


Ce voyage dans la franc-maçonnerie en Terre Sainte se concentre sur la maçonnerie spéculative, telle que nous la connaissons pratiquée aujourd’hui, plutôt que sur les tailleurs de pierre du temple de Jérusalem, bien que leur histoire dans la Terre Sainte soit également intrigante.


Alors que mon plan initial était de limiter la période aux époques ottomane et du mandat britannique (environ du XIXe au milieu du XXe siècle), la recherche a dévoilé une tapisserie captivante dépassant largement les attentes. Cet article ne représente qu’un bref aperçu des histoires fascinantes que j’ai découvertes, la pointe de l’iceberg.


Avant de plonger dans le sujet, il est important de reconnaître le travail du Grand Commandeur passé, le Frère Leon Zeldis (1930-2021). Son livre épuisé, “Les Fils de la Lumière en Terre Sainte” (אורבארץ הקודש, 2009), est considéré comme un joyau caché sur le sujet et mériterait une reconnaissance plus large, peut-être même une traduction en anglais.


Révélation des secrets maçonniques en Terre Sainte : L’étrange cas de Rob Morris


Notre exploration de la franc-maçonnerie en Terre Sainte prend un tournant fascinant avec Rob Morris, une figure flamboyante du XIXe siècle. Morris, prédicateur, vendeur ambulant et écrivain prolifique, était également un franc-maçon éminent avec un goût pour l’aventure. Son livre de 1879, “La franc-maçonnerie en Terre Sainte”, relate son exploration visant à découvrir les origines de la franc-maçonnerie et sa connexion avec le Temple du roi Salomon.


Morris, personnage controversé au sein de la franc-maçonnerie, a financé son voyage en pré-vendant des exemplaires de son livre et même des souvenirs tels que des “fleurs et des pierres de Terre Sainte”. Bien que ses découvertes, souvent basées sur les récits d’explorateurs antérieurs, soient discutables au mieux, son périple a suscité une activité maçonnique en Terre Sainte.


Le point central de cette histoire est une réunion plutôt unique que Morris a tenue en 1886. L’endroit? La grotte de Zedekiah, un monument de Jérusalem considéré comme la source des pierres du Second Temple. Ici, avec un équipage hétéroclite comprenant des marins britanniques et des dignitaires, Morris a organisé une “loge informelle”, une réunion informelle d’une loge maçonnique.


Cet événement, souvent appelé la “première loge” en Terre Sainte, soulève plusieurs questions intrigantes.


D’autres rassemblements non documentés ont-ils précédé celui-ci ?


Nous ne le saurons jamais. Morris a finalement obtenu une autorisation pour une loge formelle, la “Loge mère royale de Salomon”, établie sous la Grande Loge du Canada. Les raisons derrière ce choix et le sort ultime de la loge méritent un autre long article rempli d’histoires intéressantes.


L’histoire ne s’arrête pas là. La grotte de Zedekiah, avec sa signification historique et son atmosphère fraîche, continue d’être un lieu populaire. Des concerts publics y sont organisés et, parfois, des loges maçonniques louent même l’espace pour leurs réunions.


L’héritage de Morris en Terre Sainte est un mélange curieux de faits historiques et de légendes maçonniques. Sa quête, bien qu’elle n’ait pas entièrement atteint ses objectifs, a indéniablement allumé une étincelle maçonnique dans la région, laissant une trace de questions sans réponse et d’histoires captivantes attendant d’être dévoilées.


De la franc-maçonnerie à Jack l’Éventreur : La vie remarquable de Charles Warren


Notre exploration de la franc-maçonnerie en Terre Sainte prend un tournant fascinant avec Charles Warren. Cet individu aux multiples facettes n’était pas seulement un confrère franc- maçon de Rob Morris, mais un homme qui a laissé sa marque dans l’histoire de bien des manières.


Beaucoup ne sont peut-être pas familiers avec l’étendue des réalisations de Warren. Ses

empreintes sont partout, des fortifications de Gibraltar (où il a été initié à la franc-maçonnerie) au développement de méthodes archéologiques modernes lors de ses fouilles pour le Palestine Exploration Fund. Il a même joué un rôle dans la traque du gang de Bédouins infâme responsable du meurtre du professeur Edward Henry Palmer, lui aussi franc-maçon.


Mais attendez, ce n’est pas tout ! Le CV de Warren comprend un passage en tant que commissaire de Scotland Yard pendant le règne de terreur de Jack l’Éventreur, ainsi que le prestigieux poste de premier maître vénérable de la loge Quatuor Coronati, un centre de recherche maçonnique de premier plan à Londres. Son influence mondiale s’est étendue à son temps en tant que grand maître de district de l’archipel oriental à Singapour.


L’histoire de Warren est un mélange captivant de franc-maçonnerie, d’archéologie, de service militaire et même d’une touche de mystère victorien. Son dévouement à son métier est évident dans son travail archéologique révolutionnaire au mont du Temple, où il a méticuleusement documenté des marques de maçons jusque-là invisibles et potentiellement perdues dans le temps. Ses autres découvertes ont révolutionné la compréhension du passé ancien de Jérusalem.  L’histoire de ce franc-maçon est un témoignage des intersections vastes et inattendues entre les organisations fraternelles,

l’exploration historique et le monde plus large .



“La Franc-maçonnerie au-delà des frontières : Un mystère maçonnique du Caire”


Notre voyage à travers les coins inattendus de la Franc-maçonnerie en Terre Sainte prend un autre tournant surprenant. Cette fois, la piste commence par une liste apparemment ordinaire dans la Bibliothèque nationale d’Israël - les procès-verbaux d’une loge supposément située au Caire, en Égypte.


L’intrigue s’intensifie avec l’ambiguïté du document. Daté quelque part entre les XIXe et XXe siècles, l’accès est restreint, ne nous laissant qu’une copie numérisée pour enquête. Le premier coup d’œil révèle une particularité : l’écriture hébraïque pour un document censé provenir du Caire, où l’on s’attendrait à trouver l’écriture arabe.


Mais la surprise ne s’arrête pas là. L’écriture hébraïque n’est pas standard, mais plutôt des mots arabes rendus phonétiquement en caractères hébreux, une pratique utilisée aujourd’hui pour initier les jeunes locuteurs hébreux à l’arabe. Pour ceux qui sont familiers à la fois avec l’hébreu et l’arabe, le document se traduit approximativement par “La Cérémonie du Premier Degré Symbolique du Grand Orient d’Égypte - Le Caire”. La copie numérisée contient une cérémonie manuscrite du premier degré, avec des extraits tels que “Frère Premier Surveillant, ta place dans la Loge ?” et “Au Sud, Vénérable Maître”, offrant un aperçu du rituel lui-même.


Cette découverte soulève une multitude de questions. La langue utilisée, le judéo-arabe, pointe vers une communauté juive dynamique au Caire avec sa loge maçonnique, une communauté dont l’histoire mérite d’être explorée plus en profondeur. De plus, le document laisse entendre une connexion entre la Grande Loge de Palestine et la Grande Loge d’Égypte (ou peut-être deux d’entre elles à l’époque). Le rôle des francs-maçons juifs dans cette connexion devient un autre fil intrigant à démêler.  Cette découverte, cependant, nous rappelle la portée mondiale de la Franc-maçonnerie et les façons inattendues dont ses pratiques ont transcendé les frontières géographiques et culturelles .



Révélation d’un trésor caché : Les papiers Buxbaum et l’histoire de la franc-maçonnerie allemande en exil.


Notre exploration de la franc-maçonnerie en Terre Sainte prend un tournant fascinant, plongeant dans le monde des loges de réfugiés et de la lutte pour la survie sous l’oppression nazie. Ce chapitre repose sur une découverte remarquable : un trésor de documents appartenant à Mordechai Albert Buxbaum, un avocat juif éminent et franc-maçon à Jérusalem pendant la période du mandat britannique.


L’histoire commence par une vente aux enchères en ligne. Une rencontre fortuite avec une collection de papiers, certains soupçonnés d’avoir une nature maçonnique, m’a conduit, en tant que franc-maçon, à un coffre au trésor d’histoire.


Un bref interlude historique met en scène les événements. Alors que l’Allemagne nazie prenait le pouvoir, la plupart des grandes loges allemandes se sont soit alignées sur le régime, soit ont été contraintes de fermer. La Grande Loge Symbolique d’Allemagne (SGLG) sous la direction du Grand Maître Leo Müffelmann est restée ferme, refusant de transiger.


Les documents révèlent de manière intrigante un chapitre fascinant de la franc-maçonnerie : la relocalisation de la SGLG à Jérusalem. En 1931, une loge germanophone, “Zur Quelle Siloah” (“La Source de Siloé”), a été créée à la demande de francs-maçons juifs éminents.


Peu après, en 1933, la consécration d’une loge hébraïque, “Ari”, a été suivie de l’exil officiel de la SGLG à Jérusalem la même année. L’histoire du Grand Maître Müffelmann est particulièrement poignante. Son engagement envers la franc-maçonnerie l’a conduit dans un camp de concentration pendant trois mois. Il a même assisté à la consécration d’une loge hongroise, “Lebanon”, à Jérusalem en 1934, incognito par crainte de représailles.


Les documents eux-mêmes sont une mine d’informations. Une enveloppe originale adressée à Buxbaum par Müffelmann laisse deviner leur correspondance. Une lettre de félicitations de Müffelmann à Buxbaum célèbre la création de la loge hébraïque “Ari”. Une invitation à l’ouverture de la loge “Lebanon” révèle un lien hongrois caché, avec des poèmes du franc-maçon hongrois Endre Ady griffonnés au dos.


Au-delà de leur importance historique, les documents offrent un aperçu des activités quotidiennes des loges. Un message de “Zur Quelle Siloah” informe les membres des changements dans le plan des réunions, tandis qu’un document utilisé pour enregistrer les présences révèle une liste potentielle de frères. Ces détails en apparence banals deviennent des pièces essentielles du puzzle pour reconstituer l’histoire perdue de ces loges.


Les papiers Buxbaum sont un puissant rappel de la résilience de la franc-maçonnerie et des efforts déployés par ses membres pour préserver leurs idéaux face à l’oppression. Les histoires qui attendent d’être dévoilées par ces documents promettent d’enrichir davantage notre compréhension de cette organisation complexe et fascinante."


La franc-maçonnerie au berceau de la démocratie : Un aperçu des loges grecques pendant la Seconde Guerre mondiale.


Notre exploration de la franc-maçonnerie en Terre Sainte prend un détour inattendu, plongeant dans l’histoire complexe de la Grèce pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce chapitre met en lumière la ténacité de la franc-maçonnerie et son rôle potentiel dans la documentation des événements historiques.


Le voyage commence par une liste curieuse sur le site des Archives centrales pour l’histoire du peuple juif. Un document obscur intitulé “Francs-maçons, collection des communautés juives de Grèce” a piqué ma curiosité.


Malgré la connaissance limitée des archivistes sur ce “dédale de documents maçonniques”, j’ai décidé d’approfondir mes recherches.


Les documents que j’ai trouvés étaient une série de copies carbone de rapports rédigés à l’origine en allemand et en grec. Ces transcriptions des archives du Grand Orient d’Athènes contiennent des rapports et des correspondances des loges grecques vers 1934.


Le contexte historique ajoute une autre couche d’intrigue. Les documents ont probablement été compilés par les forces d’occupation allemandes ou italiennes à Athènes en 1941. Leur sort ultime reste incertain, mais ils offrent une fenêtre potentielle sur l’état de la franc-maçonnerie grecque à un moment critique de l’histoire. Alors que le destin des dcuments grecs originaux est inconnu, les copies offrent un moyen potentiel de “compléter l’histoire” des loges grecques pendant cette période.



La franc-maçonnerie en Terre Sainte : Pont entre les cultures et révélation de l’histoire.


La franc-maçonnerie, une organisation fraternelle riche en histoire, a joué un rôle étonnamment significatif en Terre Sainte. Mes explorations des pratiques maçonniques dans la région mettent en lumière son pouvoir unificateur et révèlent des histoires moins connues du passé.


Une découverte est un document de 1933 - une invitation à la consécration de la “Grande Loge nationale des maçons anciens, libres et acceptés de Palestine et de ses dépendances, Jérusalem”. Cette première organisation a finalement évolué en la Grande Loge de l’État d’Israël en 1953, illustrant l’évolution de la franc-maçonnerie dans la région.


Un examen plus approfondi de la langue utilisée par les loges hébréophones affiliées à la Grande Loge nationale révèle un détail fascinant. Les invitations de ces loges utilisaient des termes différents - certains utilisaient “Eretz Israël” (Terre d’Israël), tandis que d’autres optaient pour “Palestine”.


Cette variation en apparence mineure reflète le paysage politique changeant reflété dans le langage quotidien de la communauté maçonnique.


La diversité des membres fondateurs de la Grande Loge ajoute une autre couche d’intrigue.


Une analyse des noms des officiers installés révèle un mélange de noms juifs et arabes, mettant en évidence la diversité culturelle de l’organisation. Cet engagement en faveur de l’inclusion est également illustré par la nomination originale de Shukri Huri, un maçonarabe, en tant que premier Grand Maître. Bien qu’il soit décédé avant la cérémonie, sa sélection et le leadership ultérieur de Marc Gorodinsski, un maçon juif, témoignent de la capacité de la franc-maçonnerie à combler les divisions culturelles.


Comme vous pouvez le constater, une courte visite à la bibliothèque, aux archives des loges

ou à la boutique d’occasion peut conduire à d’importantes découvertes, dévoilant et partageant les histoires maçonniques des communautés locales. Je vous encourage à explorer l’histoire de votre franc-maçonnerie locale, tant sur le plan social que philosophique.


Aidez la franc-maçonnerie en favorisant l’éducation et l’exploration ouverte de son passé, afin qu’elle puisse être mieux comprise.  Cette exploration de la franc-maçonnerie en Terre Sainte nous rappelle le potentiel de l’organisation à combler les cultures et à révéler des histoires cachées.


Moshe Shanon


Image 1: Certificat de démission de Rob Morris de la « Royal Solomon Lodge » qu’il a fondée, signé

par le maire de Jérusalem, membre de la loge.


Image 2: Membres du bateau à vapeur le Celtic à l’entrée des carrières de Salomon 1902.


Image 3: Un extrait du rituel de la loge du Caire.


Image 4: Papier à en-tête de la Grande Loge Symbolique d’ Allemagne en exil à Jérusalem au début

des années 1930.


Image 5: Convocation pour la consécration de La Grande Loge Nationale de Palestine.


Image 5 6: Convocation pour les loges « arabes » et « juives » sous la « Grande Loge Nationale de

Palestine » ou la « Terre d’Israël », selon l’expéditeur.

31 vues0 commentaire

Comments


bottom of page